Réaffectation du site de la “Ferme Mahy” à Le Bizet

8 juin 2018
PCDR-LE-BIZET1-1.jpg?fit=1200%2C800
Construction d’une maison de la ruralité à Le Bizet sur le site de la “ferme Mahy”. La population comme le collectif Ensemble s’est majoritairement ralliés au maintien de l’environnement naturel du futur parc et des abords des ruines de la ferme Mahy qui doit cependant faire l’objet d’une totale démolition et réaffectation. Les projets “pharaoniques” proposés ne correspondent pas au besoin du site. Un projet innovant, original et éducatif serait plus en adéquation avec l’environnement actuel du site.
Lors de la réunion du « Plan Communal de Développement Rural » (PCDR) au Bizet, Arnaud Castelain, du collectif ENSEMBLE, a mis l’accent sur la très riche biodiversité présente dans le seul écrin de nature inviolé du centre du Bizet.
Cet espace vert autour des ruines de la ferme Mahy, composé de prairies humides, de haies remarquables et des berges externes de l’ancien méandre de la Lys doit rester un sanctuaire pour la nature dans le centre du Bizet.
Face aux projets pharaoniques (présentés avec une reconstruction à l’ancienne de l’ensemble du corps de ferme, une réutilisation des ruines pour les incorporer dans une construction moderne, des bâtiments réunis par des structures en verre…), la majeure partie des personnes présentes sont restées, c’est le moins que l’on puisse dire, perplexes.
Ce genre de projets, très onéreux, ne nous semble pas prioritaire. Établir une maison de la nature à cet endroit est-il vraiment judicieux ? N’oublions pas la présence de la Réserve Naturelle Ornithologique de Ploegsteert (RNOP) à proximité. Un projet de musée ou maison de la Brique a aussi été soulevé.
Le Collectif “Ensemble”propose de rassembler toutes les synergies « vertes », afin de réaliser un projet original et respectueux de la nature. Par exemple, un parcours didactique à thèmes, avec éventuellement un local à caractère éducatif ou au bénéfice de l’associatif local.
Quoiqu’il en soit, nous nous interrogeons sur la destination du futur parc pour lequel les subsides ont été accordés. La majorité a assuré que l’on respecterait la nature telle que présente, avec le maintien des haies et des prairies humides. Seuls les accès et le contour du site seront aménagés.
Un fervent participant a demandé de reconvertir le site en version nature intégrale, avec un projet apicole sur le site et sur la prairie qui le jouxte.
En tout cas, tout le monde est tombé d’accord sur la démolition des anciens bâtiments et sur l’évacuation des gravats, avec éventuellement récupération et réutilisation des matériaux.